technologie de chaudière

Quelle technologie privilégier pour sa chaudière ?

À l’approche de l’hiver, certaines personnes ne savent pas toujours quoi faire pour le chauffage du logement. Faut-il changer d’appareils, ou alors simplement le retaper ? Ne vous inquiétez de rien, si votre appareil est déjà prêt à rendre l’âme. Les technologies disponibles se comptent par milliers, mais une seule vous correspond réellement. Le problème se situe au niveau du choix, car de prime abord, tout semblera être un bon investissement pour vous. Sur le marché, vous avez les chaudières alimentées au bois et au gaz utilisant la condensation, pour les chaudières gaz. De plus, il y a les chaudières basses températures qui sont moins préconisées, et vous comprendrez très vite pourquoi.  Restez attentif à la suite pour avoir de plus amples informations sur le sujet.

Les chaudières à bois : granulés et bûches de bois

Le bois est un combustible ultra écologique pour la planète, de ce fait, ce type de chaudière est fortement recommandé. Il se présente sous différentes formes, dont le pellet ou le granulé, et les bûches. Le granulé de bois alimente l’appareil de manière automatique. En effet, il est stocké dans un silo connecté directement à la chaudière. Par ailleurs, c’est un appareil éligible aux aides financières comme le crédit d’impôt.

Contrairement au pellet, l’alimentation de la machine à bois se fait manuellement. Donc il faut prévoir un espace de stockage sec et recharger l’appareil quand il est vide. La chaleur produite est transmise aux émetteurs de chaleur, qui la restitueront uniformément dans le logement. Elle est également éligible aux aides financières, et différents modèles sont à votre disposition pour un choix optimal.

chaudière à bois granulé et bûche de bois
chaudière à gaz

Les chaudières gaz condensation

Dans la mesure où, l’alimentation au gaz vous convient à la perfection, pourquoi ne pas opter pour la condensation ? En effet, une chaudière gaz condensation, brûle le gaz, ce qui ne diffère absolument pas du fonctionnement classique. Seulement, les fumées produites lors de cette combustion seront tout simplement refroidies pour être réutilisées. Cela permet de faire énormément d’économies sur votre facture de chauffage.

Ce type d’appareils est approuvé par les institutions compétentes pour que vous puissiez bénéficier d’aides financières. De plus, le savoir-faire d’un plombier chauffagiste vous aidera pour l’installation de ce système de chauffage. Par ailleurs, les économies que vous pourrez faire sont importants, car ils s’élèvent à près de 35 % comparer à une chaudière classique. Notre installateur intervient dans la commune de La Queue-en-Brie pour un entretien de chaudière gaz à condensation.

Les chaudières basse températures

Ce type d’appareil émet des températures allant de 35 à 60° C, et il produit une puissance énergétique semblable à une machine classique. L’idéal, c’est de l’utiliser avec des émetteurs de chaleur du même ordre pour un rendement plus satisfaisant. Ceci dit, il n’est pas possible de bénéficier du crédit d’impôt pour cette installation de chauffage. Par ailleurs, les aides de l’ANAH et les aides locales vous permettront facilement de l’acquérir.

Pour comprendre pourquoi malgré leur utilité ce type d’appareils n’est pas préconisé, c’est très simple. Il faut se référer aux améliorations apportées par la directive Européenne Écoconception. Ceci dans le but ultime de lutter contre le réchauffement climatique, dont les conséquences se font de plus en plus sentir. Depuis 2018, elle a interdit les chaudières qui émettent un taux d’azote supérieur à 56 mg/kWh pour celle fonctionnant au gaz. En ce qui concerne les chaudières au fioul la limite est fixée à 120 mg/kWh.

Bonne nouvelle ! Il y a des exceptions quant à l’installation d’une chaudière basse température. En effet, cet appareil est encore autorisé pour des immeubles collectifs. De plus, les nouvelles chaudières qui arrivent sur le marché, respectent parfaitement ces restrictions. Vous pouvez donc les acquérir en toute sécurité.

chaudières basse températures

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code